Etat d’urgence, libertés publiques, liberté d’expression


Articles publiés dans cette rubrique

dimanche 13 janvier 2019
par  SUD Éduc

Le maintien de l’ordre, « un savoir-faire français reconnu dans le monde entier ».

Un article qui date un peu, mais qui rappelle que la France exporte son savoir- faire. Depuis deux mois on peut effectivement constater leur professionnalisme dans l’art de mutiler, blesser, traumatiser à vie et détruire les existences. Certaines déclarations qui mettent à l’honneur cette (...)

dimanche 13 janvier 2019
par  SUD Éduc

Des gilets jaunes blessés en manifestation portent plainte

Ils affirment avoir été « blessés » ou « mutilés » par des tirs de grenade.Parmi eux, l’un a eu la main arrachée.
Des avocats vont déposer des plaintes pour plusieurs gilets jaunes qui affirment avoir été « blessés » ou « mutilés » par des tirs de grenade lors des manifestations du 24 novembre et du 1er (...)

vendredi 11 janvier 2019
par  SUD Éduc

Si, M. Blanquer : la liberté d’expression est bien garantie aux fonctionnaires !

Communiqué de la fédération SUD éducation
Publié le vendredi 11 janvier 2019 sur https://www.sudeducation.org/Si-M-Blanquer-la-liberte-d-expression-est-bien-garantie-aux-fonctionnaires-8186.html
Le ministre Blanquer a manifestement un problème avec la liberté d’opinion des fonctionnaires et son (...)

vendredi 11 janvier 2019
par  SUD Éduc

France. Répression abusive des manifestations sous couvert de lutte contre le terrorisme

Publié le 31.05.2017.
Des pouvoirs conçus pour lutter contre le terrorisme ont régulièrement été utilisés de manière abusive pour limiter les manifestations pacifiques, comme l’expose le nouveau rapport d’Amnesty International.
Le rapport Un droit, pas une menace. Restrictions disproportionnées à la (...)

vendredi 11 janvier 2019
par  SUD Éduc

Solidaires condamne l’intensification de la dérive sécuritaire du gouvernement

En s’invitant sur le plateau du JT de TF1 lundi soir, le premier ministre Philippe a développé tout un arsenal répressif qu’il souhaite mettre en place afin de mater la colère sociale exprimée depuis le 17 novembre dernier. Son message est clair : « ils n’auront pas le dernier mot ». En plus du mépris (...)